La famille Japy

LA FAMILLE JAPY 


Historique

La Famille Japy est originaire de Beaucourt dans le Territoire de Belfort (Région située au Nord Est de la France).  Tout est parti d'un petit atelier fondé en 1777 par Frédéric Japy. Du mouvement de montres, l'usine Japy est passé des pendules, à l'outillage, aux moteurs, aux pièces de bicyclette, luminaires, meubles de jardin, pompes, moulins à café, machines à écrire, etc..... Ce sont aussi les Japy qui ont inventé en 1898, le premier appareil photo motorisé au monde qui s'appelle : Le Pascal.

 

 Les années 1880 ont marqué l'âge d'or de l'usine Japy. Prés de 5 000 ouvriers travaillent dans les usines Japy de la région. La famille s'est fait construire 13 châteaux sur Beaucourt et Dasles, 4 ont disparu. De 1930 à 1935, une crise grave atteint la France, le chômage s'étend, les affaires deviennent difficiles, la fabrication et la vente sont en baisse. L'usine de Badevel est abandonnée en 1933 et la fabrication d'horlogerie est centralisée à Beaucourt.

 

 L'entreprise Japy réussit le lancement de machines à écrire en Europe au début du XXème siècle mais perd de sa grandeur dans cette crise. L'entreprise, très variée dans ce qu'elle fait, est détruite progressivement avec l'arrêt des différentes branches de la marque. Des conflits entre la famille Japy et les associés aboutissent à l'éclatement de l'entreprise en quatre sociétés autonomes.

 

En 1979, la dernière société Japy est mise en liquidation. Le musée Frédéric Japy ouvert en 1986, installé dans les anciens ateliers d'horlogerie fait revivre toute une époque industrielle, il retrace l'épopée de la dynastie Japy.

 

La petite manufacture Japy créée en 1777 deviendra pour les musées, grâce à l'horlogerie, la deuxième plus importante entreprise française sous le second empire.

 

Vers 1790 et 1935  il y a eu 17 mariages entre les Japy et les Peugeot qui ont fondé le constructeur connu de voitures, motos, scooters, poivriers, salières, etc....

 

 

Biographie de deux hommes importants

 

Frédéric Japy 1749-1812

 

Frédéric Japy est né le 22 mai 1749 à Beaucourt.

Fils d'un maréchal-ferrant maire de Beaucourt, il fait son apprentissage au Locle en Suisse où il apprend l'horlogerie. De retour dans sa ville natale de Beaucourt, il ouvre son propre atelier et fabrique lui-même les machines-outils qui lui serviront à produire ses modèles (horlogerie, montres....)

 En 1799, il met en place des certificats authentiques de dix machines qui lui assurent qu'aucun de ses modèles ne sera copié. Il achète le moulin de Badevel pour se développer. Il fait construire sa première usine d'horlogerie qui existe encore aujourd'hui pour fabriquer des mouvements de pendules.

«  Je veux que mes ouvriers ne forment avec moi et les miens qu'une seule et même famille ». C'est pour mettre en pratique cette belle devise, que Frédéric Japy, réunissait chaque jour ses ouvriers dans une grande salle à manger dans laquelle, étant très croyant il leur lisait la bible et dirigeait leur repas. Madame Japy, faisait la même chose dans une autre salle où se trouvaient les ouvrières. Le personnel prenait ses repas et couchaient également à l'usine dans des dortoirs aménagés. Il faisait ainsi vraiment parti de la famille.

Il développe une production très importante (que l'on appelle la production en série) grâce à la fabrication de machines très perfectionnées.

En 1810, Frédéric Japy se fait convoquer dans les jardins des Tuileries par Napoléon qui lui dit «  Je veux vous faire comte, Monsieur Japy et je voudrais que vous ouvriez une usine de montres en Autriche, puisque je vais épouser Marie-louise, fille de l'Empereur d'Autriche » Frédéric Japy répondit « Sire, je remercie sa majesté de l'honneur qu'elle me fait, mais je ne puis accepter car je ne pourrais plus m'adresser à mes ouvriers de la même façon pendant les repas »

 Les commandes sont tellement importantes que la fabrication ne suit pas. En 1910 l'industrie de l'horlogerie est en pleine activité et une vaste gamme de pendules est offerte. La fabrication des réveils était également très poussée avec une production mensuelle de plus de 40.000 réveils. C'est dans cette usine de Badevel que l'on crée la pendule de voyage. Il étend aussi ses fabrications dans l'outillage et la quincaillerie. Dès 1806 il prend sa retraite et transmet l'entreprise à ses fils Jean-Pierre, Fritz et Louis-Frédéric. Sa femme et collaboratrice Catherine Amstutz meurt en 1811, avec qui il a eu 12 enfants. De tristesse, Frédéric Japy s'éteint et sera inhumé à ses côtés dans le cimetière de Dasles.

 

 

Henri Japy 1848-1935

 

Henri Japy est né à Beaucourt le 12 janvier 1848. Il est ingénieur des Arts et Manufactures. Il est directeur de la grosse horlogerie de Badevel.

Pendant la guerre de 1870, il devient Chevalier de la légion d'honneur dans la défense du territoire de Belfort.

En 1899, à Montbeliard, il y a beaucoup de grèves qui touchent l'usine Japy et il rentre en conflit avec sa famille. On lui demande de quitter l'entreprise familiale.

 

Henry Japy, étant le seul parmi les Japy à s'être intéressé par sa générosité, à aider ses ouvriers, qu'il fonde une pension pour leur retraite.

Il est élu maire de Badevel et devient Président de la chambre de commerce du Doubs de 1901 à 1903.

Henri Japy meurt en 1935.

 

 

 

Une rue Japy existe dans le 11ème Arrondissement de Paris.

Dans la rue Japy, un gymnase du nom de Japy a été crée.

 (2 rue Japy, 75011 Paris)

Ce gymnase  a été crée en 1870, et était à l'origine un marché couvert.

Il a été le théâtre de nombreuses réunions politiques, le Parti Socialiste Français y a vu le jour. 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site